EXODE 138

THIBAUT KETTERER

La Côte-Nord ce sont avant tout des couleurs. Comme sur un tableau se retrouvent ici une large bande bleue, le fleuve océan, puis le blanc de la banquise qui se fissure au début du printemps. Vient ensuite le gris de l'asphalte, la Route 138, cette longue cicatrice qui sépare l'eau du vert de la forêt. Mais cette balafre elle-même a une fin. La route s'arrête et au-delà, c'est le territoire du blanc.

De la frontière de l’état de New York (USA) jusqu’à la fin de la route à Kegaska, une à une, ses villes, ses communautés, ses grands espaces dessinent un vaste tableau jusqu’à ce panneau « FIN ». Il laisse derrière lui un autre voyage complètement sauvage. La route ne reprendra que des centaines de kilomètres plus loin au Labrador, pour couvrir la distance entre Vieux-Fort et Blanc-Sablon.

Qu’est-ce que cela signifie aujourd’hui de vivre en Côte Nord ? Qui sont les hommes et les femmes qui vivent là-bas ? Quels sont leurs modes de vie, leurs préoccupations ?

Nous ne prêtons plus attention aux lieux de tous les jours. Les lieux et les objets sont pourtant révélateurs de la personnalité de ceux qui les fréquentent au quotidien. Le temps d’un moment dans ses nombreuses intimités, au gré des rencontres et des heureux hasards, nous avons pu percevoir ce qu’était le cœur de la Côte-Nord.

La Côte-Nord, une terre de luttes. De luttes contre la rigueur du climat, de luttes sociales passées mais aussi présentes, de luttes pour l’environnement mais également pour l’identité. Qu’elle soit québécoise, amérindienne, anglophone ou acadienne.

Ce travail photographique est toujours en cours de réalisation.

Documentaire réalisé en avril 2015 et entre avril-mai 2016

TEXTES
PIERRE HENRI OLLIER MEGHAN HOLLETT
THIBAUT KETTERER


TRADUCTION

MEGHAN HOLLETT

EXODUS 138

THIBAUT KETTERER

The North Shore is, above all, colours. It is a large band of blue, the St. Lawrence river, and the white of the sea ice that breaks up early in the spring. Then there’s the grey of asphalt - Route 138 – a long stroke that separates the blue of the water from the green of the forest. But this scar on the natural tapestry of Gaspésie comes to an abrupt end. The road stops and beyond that, it’s all white.

From the U.S. border with the state of New York to the end of the road in Kegaska, one by one, cities, communities, and wide open spaces create a vast, itinerant masterpiece, punctuated with a sign: “FIN”. What lies beyond that point is a new journey into the wild. There is no road for hundreds of kilometers until Labrador, where Route 138 reappears to connect Vieux-Fort and Blanc-Sablon.

What does it mean today to live on the North Shore? Who are the men and women who live there? What is their way of life and their way of thinking?

The everyday spaces we inhabit often goes unnoticed. However, places and objects are revealing of the personality of the people who share their space. For one moment, at the mercy of chance meetings and happy accidents, we observe person, place, and object in contemplation of the beating red heart of the North Shore.

The North Shore, a land of struggle. Against the elements, against each other in political struggles past and present, for the environment, and for identity.

Québécois, aboriginal, anglophone, francophone, or acadien.  

Documentation conducted between April 2015 and May 2016.

TEXT

PIERRE HENRI OLLIER
THIBAUT KETTERER


TRANSLATION
MEGHAN HOLLETT